source: Radio Canada.


La Commission indépendante sur les caribous forestiers et montagnards sera de passage dans la région à la fin du mois d’avril.

Elle se rendra à La Sarre le 27 avril et à Val-d’Or le lendemain.

Avant même le début des consultations, prévu le 12 avril, des groupes écologistes critiquent les scénarios que la commission propose.

Dans le scénario le plus favorable aux populations de caribous, Québec devrait investir des millions de dollars pour protéger l’espèce.

Le second, qui propose l’abandon de trois hardes de la province, dans Charlevoix, à Val-d’Or et à Pipmuacan, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, n’aurait pas d’impact sur l’industrie forestière.

Le président d’Action boréale, Henri Jacob, croit que le gouvernement cherche à justifier l’abandon des caribous au moyen de cette commission.

“Mais c’est eux [le gouvernement] les responsables de la situation. C’est assez aberrant qu’un gouvernement détruise une ressource animale et qu’il dise après ça qu’il n’y en a pas assez pour les garder en vie. C’est un autre scandale“, s’insurge M. Jacob.

“Et la commission part avec la prémisse qu’il ne faut pas perdre un seul sou qui se fait grâce à la forêt. Ça veut dire qu’il n’y a aucune concession qui se fait pour la faune. Notre ministre [des Forêts, de la Faune et des Parcs] n’arrête pas de parler d’équilibre, mais c’est plus équilibré du côté économique que du côté de la conservation“, ajoute le responsable.

Le ministre Pierre Dufour s’est défendu à plusieurs reprises de travailler uniquement pour l’industrie forestière.

Questionné à ce sujet cette semaine à l’émission Des matins en or, il n’a pas nié que, parfois, la protection de la faune entrait en concurrence avec la récolte forestière. “Je ne vous le cacherai pas, c’est bien sûr, donc c’est pour ça qu’il faut s’assurer de voir comment on fait les actions. Ce n’est pas pour rien que je fais un parallèle avec la commission indépendante pour l’aspect du caribou, c’est justement dans l’optique de voir sur le terrain quels sont les impacts sur le milieu selon les actions politiques qu’on va prendre”, a-t-il nuancé.

Selon Pierre Dufour, l’économie n’est pas toujours avantagée et il s’agit plutôt “de trouver un juste milieu”.

La commission doit remettre ses recommandations au gouvernement d’ici la fin de l’été.